16/09/2016
La Gascogne

Page générale
Suite

Carte du Gers
AUCH, Capitale de la Gascogne, préfecture du Gers


Auch

Catédrale Sainte-Marie Auch

Renseignements
Auch
Office de Tourisme

Tél. : 05.62.05.22.89

Historique de la ville d'Auch
Auch, un oppidum celtibère L'ancienne Elimberrum (ville neuve en Ibère) était nommée Cicitas Auscius en 333 du nom des gens qui la peuplaient, les Auscii qui avaient fixé leur capitale à Elusa (Eauze). On suppose que Auscii vient du basque Euskarra qui signifie "basque". Sur la place Salinis, où se dresse la cathédrale, la maison de la Maîtrise, l'Officialité et la tour d'Armagnac, construites aux XIVe et XVe siècles, témoignent du pouvoir des archevêques d'Auch. L'Officialité, ancien tribunal archiépiscopal, est en effet flanquée d'une tour de 40 mètres de haut qui servait de prison. Les pousterles, ces ruelles en escalier qui dévalent la colline, permettent de relier la ville-haute, d'époque médiévale, à la ville moderne bâtie dans la plaine. Elles ont été détrônées par un escalier monumental de 234 marches, construit en 1863.

D'Artagnan
Le véritable d'Artagnan n'a sans doute pas eu la vie romanesque que lui prèta Alexandre Dumas. Né vers 1615 au château de Castelmore, Charles de Batz, comte d'Artagnan en bon militaire, trompait l'ennui entre deux campagnes en courant les tripots de la capitale. Déjà distingué par Mazarin, il fut investi de la confiance de Louis XIV qui le chargea de quelques missions délicates, comme l'arrestation de Fouquet, dont il s'acquitta avec délicatesse et discrétion. Devenu capitaine-lieutenant de la première compagnie des mousquetaires du roi, il trouva la mort lors du siège de Maastricht (1673). L'escalier monumental
234 marches relient les quais à la place Salinis. Au sommet, on découvre la tour d'Armagnac du XIVe, haute de 40 m, ancienne tour des prisons de l'Officialité. C'est sur la place Salinis que s'élève la cathédrale Ste-Marie dont on remarque l'ordonnance des contreforts et des arcs-boutants à double volée.
La communauté d'agglomération du Grand Auch organise le samedi 1er septembre 2012, une journée d'échange et de réflexion autour de thème "D'Artagnan et la Gascogne, une aventure moderne". Les passionnés de la Gascogne, de son histoire et de sa culture se retrouveront autour d'ateliers. La journée s'achèvera par le spectacle "Calacas" du cirque Zingaro. Un évènement à ne pas manquer.

Place de la libération
C'est le carrefour d'animation de la ville, la place est fermée au Nord-Ouest par l'Hôtel de Ville et par le terre-plein des allées d'Étigny, deux réalisations de l'intendant d'Étigny, entre 1751 et 1767. Sa statue se dresse au sommet des escaliers.
Bastides et des castelnaux,
quitter Auch en direction de Mont-de-Marsan par la N 124

La cathédrale Sainte-Marie
Sa construction commencée en 1489 par le chevet, a été prolongée pendant près de 3 siècles, de la fin du XIVe à la fin du XVIIe. Son style gothique flamboyant reste pur. Les chapelles du déambulatoire ont été dotées de dix-huit vitraux, oeuvre du maître verrier Gascon Arnaud de Moles (1460-1520) et constituent un ensemble particulièrement achevé de l'art de la Renaissance. Les stalles, gigantesque chef-d'œuvre de "huchiers" demanda 50 années de travail. L'ornementation des 113 stalles sculptées dans le chêne, où plus de 1500 motifs ont été répertoriés mêlent les thèmes de la bible, l'histoire profane, la mythologie et la légende.
A visiter
Les quartiers du Pouy et de Saint Pierre, où les allées D'Etigny, percées au XVIIIe siècle, sont l'un des lieux de promenade les plus prisés des Auscitains. Le quartier abrite également quelques maisons médiévales et Renaissance d'une réelle qualité.
Le Musée des Jacobins

Dans l'ancien couvent, il présente une belle collection d'art précolombien et d'art colonial sud-américain.
Le quartier de l'hôtel de ville
Élégantes façades du XVIIIe.

Page générale