17/01/2016
La Gascogne

Page générale
Suite
LA GASCOGNE, Les capitales


Auch

Auch, capitale de la Gascogne, préfecture du Gers

Auch
Perchée sur sa colline calcaire, la vieille ville médiévale déploie ses belles pierres ocres et ses tuiles roses. Mais c'est le charme discret de ses ruelles qui séduit le visiteur de l'ancienne résidence des princes de l'Église et des comtes d'Armagnac.
D'Artagnan, un héros gascon
Le vrai Charles de Batz est né tout près de là, au château de Castelmore. Sa statue est campée sur l'escalier monumental ouvert à flanc de colline au XIXe. Rien de mieux pour faire connaissance avec la ville que l'escalade de ses 234 marches. Quelle vue depuis la terrasse de la place Salinis !
Le quartier des pousterles
La vieille ville bâtie en amphithéâtre sur la rive gauche du Gers est parcourue par un labyrinthe de ruelles médiévales, entrecoupées de marches, les pousterles, qui reliaient la haute ville à la basse ville avant la construction de l'escalier. Il faut grimper sans hésiter les marches de la rue Fabre d'Églantine jusqu'à la porte d'Arton puis celles de la rue de la convention pour goûter aux charmes de la ville.
Le musée des jacobins
Installé dans un ancien couvent, il abrite la plus importante collection d'art précolombien de France : 1200 pièces
L'office de tourisme
Il occupe la maison en briques à colombages près de la cathédrale.
L'hôtel de France
Installé dans un ancien relais de Poste, c'est le temple de la gastronomie. Au menu une crème de châtaigne à l'effilochée de confit ou un suprême de colvert sauce au floc...préparez vos papilles.

Mont-de-Marsan

Mont-de-Marsan, préfecture des Landes

Mont-de-Marsan
Au confluent des eaux du Midou et de la Douze, la ville de Mont-de-Marsan s'est faite très tôt une spécialité du commerce des grains et de l'armagnac transportés jusqu'à Bayonne. Mais la ville, créée vers 1140 par le vicomte de Marsan, Pierre de Labaner, était déjà un site de peuplement connu depuis le néolithique. Fortifiée et protégée par de solides remparts, la ville de Mont-de-Marsan fut relativement épargnée par la guerre de Cent Ans. La ville stagne ensuite jusqu'au XVIIIe siècle, époque à laquelle le commerce redevient florissant. A l'étroit, Mont-de-Marsan pousse alors ses anciens murs et bâtit jardins et promenades sur les ruines de ses fortifications. Les riches marchands se font quant à eux construire de superbes hôtels particuliers. En 1790, la ville devient préfecture des Landes. L'essor du chemin de fer signe l'arrêt de mort du commerce fluvial et Mont-de-Marsan reste à l'écart des nouvelles grandes lignes. Seule l'installation d'une base aérienne après la 2e Guerre mondiale va lui permettre de retrouver un second souffle.
A visiter
La ville médiévale, avec les vestiges des fortifications et ses maisons caractéristiques en pierre coquillère, pour certaines reliées entre elles par des passages couverts.
Le quartier du port et ses cales, ruelles en pente douce conduisant vers les quais.
Les hôtels particuliers du XVIIIe siècle et l'ensemble des bâtiments administratifs du 1er Empire.
Les arènes construites en 1889.
Le musée Despiau-Wlérick, installé dans le donjon Lacataye (XIVe siècle), consacré à la sculpture figurative de la première moitié de ce siècle.
Site Internet


Dax

Dax, sous-préfecture des Landes

Dax
La ville située sur l'Adour doit sa renommée à la fontaine-Chaude ou Fontaine de Néhe qui coule sans interruption. C'est une station thermale pour le traitement des rhumatismes. Les boues proviennent d'eaux chaudes souterraines qui en remontant se mélangent au limon de l'Adour. L'histoire locale prétend que les Dacquois venaient autrefois y faire cuire leurs œufs et plumer leurs volailles. La vocation thermale de la ville remonte à l'occupation romaine. Bâtie sur une île, puis évangélisée par l'évêque martyr Saint-Vincent-de-Xaintes, la ville se dote de remparts au IVe siècle et conserve la même physionomie jusqu'au XIXe. En 1854, l'arrivée du chemin de fer donne un vigoureux coup de fouet à l'activité commerciale et thermale de Dax. De cette époque date la première modernisation des installations thermales, qui accueillent désormais 55 000 curistes par an.
A visiter
Le musée de Borda, installé dans un hôtel particulier du XVIIe où séjournèrent Anne d'Autriche et Mazarin. Les collections du musée sont notamment constituées par un très riche ensemble de fossiles, des ivoires gravés datent de l'âge du renne, de précieuses monnaies romaines et un ensemble exceptionnel de statuettes de bronze du 1er siècle.
La cathédrale (portail des apôtres, stalles des XVIe et XVIIe siècles, maître-autel du XVIIIe).
Le casino (1929) et sa grande salle art-déco, inscrite à l'inventaire national des monuments historiques.
Site Internet

Page générale